Une présentation plus longue …

 

 

ATTAC a d’abord signifié Association pour la taxation des transactions pour l’aide aux citoyens. La signification de l’acronyme a évolué. Aujourd’hui elle veut dire:

Association pour la taxation des transactions pour l’action citoyenne.

ATTAC national est créée en 1998 suite à une article d’Ignacio Ramonet, directeur du Monde diplomatique, paru en décembre 97: Désarmer les marchés financiers .

Il constate que la mondialisation financière a engendré son propre État, avec ses appareils, ses réseaux d’influence et ses moyens d’actions, mais que c’est un État complètement dégagé de toute société, qu’elle désorganise les économies nationales, méprise les principes démocratiques qui les fondent, presse les États à s’endetter, exige des entreprises qu’elles leur reversent des dividendes de plus en plus élevés, et fait régner partout l’insécurité. Il propose d’établir une taxe sur toutes les transactions financières, la taxe Tobin. Pour cela, il suggère de mettre en place une organisation non gouvernementale, l’« Association pour une taxe Tobin d’aide aux citoyens (ATTAC) », qui ferait dans tous les pays la promotion de l’idée de cette taxe.

ATTAC se crée dans cette dynamique 6 mois plus tard, sous l’impulsion d’une quarantaine d’organisations (syndicats, associations) et une 20aine de personnes physiques.

Elle se définit dans son 1er article

« Attac a pour objet

  • de produire et communiquer de l’information,
  • de promouvoir l’éducation populaire,
  • ainsi que de mener des actions de tous ordres en vue de la reconquête, par les citoyens, du pouvoir que la sphère financière exerce sur tous les aspects de la vie politique, économique, sociale et culturelle dans l’ensemble du monde. Parmi ces moyens figure la taxation des transactions sur les marchés financiers. »

Elle veut fournir des analyses et développer des idées sur lesquelles peuvent s’appuyer les militants qui veulent construire un autre monde, d’où l’idée d’altermondialisme.

L’association est dirigée par un Conseil d’administration de 35 membres (21 représente les adhérents et 14 les fondateurs) et un bureau de 14 personnes. Depuis 2013, elle est représentée par des porte-paroles : aujourd’hui Dominique Plihon, Geneviève Azzam et Thomas Coutrot

Très rapidement, ATTAC se dote d’un conseil scientifique où travaillent des universitaires, des chercheurs et de militants issus du monde associatif ou syndical. Il se veut indépendant de toute structure universitaire officielle. Y siègent une centaine de personnes : scientifiques, économistes, sociologues, juristes, des personnes engagées (Suzan George par ex) et des syndicalistes.

Ses missions : réflexion collective, expertise et participation aux missions d’éducation populaire dATTAC.

Il cherche à répondre aux questions qui émergent de la société et à d’élaborer des analyses et des propositions sur des thèmes très variés allant de la finance, aux questions sociales, écologiques, …

Les principaux sujets sur lesquels travaille ATTAC sont :

  • le contrôle des marchés financiers ou la lutte contre la « financiarisation » de l’économie par l’instauration d’une taxe dite Taxe Tobin (d’où le symbole du % qui est son logo)
  • le néolibéralisme
  • la réforme des institutions internationales ( Banque Mondiale, FMI, OMC) véritables bras armés du néolibéralisme
  • La défense de ce que l’on appelle les biens communs : eau, alimentation, information, etc.
  • L’annulation de la dette des pays en voie de développement.
  • La défense des services publiques. (Attac s’oppose à l’instauration des fonds de pensions et défend le financement des retraites. ATTAC s’oppose aussi à l’AGCS et au TiSA aujourd’hui ).
  • La lutte contre les paradis fiscaux et l’évasion fiscale.
  • Les accords de libre échange (CETA, TAFTA mais aussi tous les autres).
  • Les grands projets inutiles.
  • La nécessité de lier les problématiques environnementales et sociales.
  • La promotion du commerce équitable;
  • a refusé le traité constitutionnel européen en 2005.
  • La promotion de la démocratie et des droits de l’Homme .

Ces engagements se traduisent par deux de ses principaux slogans : « Le monde n’est pas une marchandise » et « Un autre monde est possible ».

 

ATTAC est un mouvement d’éducation populaire (elle est agréée depuis 2004) tourné vers l’action citoyenne : penser global, agir local.

Sur le plan des actions à l’international, ATTAC a participé activement à la mise en œuvre des forum sociaux mondiaux (Porto Allegre au Brésil Tunis, Bélem, Nairobi, Monréal) et des forum sociaux locaux.

Le mouvement a permis la création d’une quarantaine de comités de par le monde.

Sur le plan national, ATTAC est investie dans le mouvement social et participe activement aux luttes qui ont eu lieu depuis sa création : contre la réforme de la sécurité sociale, des retraites, la loi travail etc….

Elle publie régulièrement des livres de vulgarisation, d’analyse et de propositions, seule ou en collaboration avec d’autres associations.

Elle anime de nombreuses conférences à la demande des comités locaux.

Depuis quelques temps elle développe des actions plus originales et médiatiques : ex pièces de théâtre, des ateliers de résistance sociale, occupation de locaux, arrachages de plans OGM, faucheurs de chaises.

Au départ, la création dATTAC a créé une dynamique importante et de nombreux comités locaux sont nait. Il y en a aujourd’hui environ 150.

Chaque comité local est autonome mais s’engage à respecter une charte qui fixe un cadre très large et quelques principes. Ils ont donc des statuts associatifs propres.

Ils définissent librement les sujets qu’ils travaillent et les moyens d’actions qu’ils mettent en œuvre. Généralement ils relaient les grandes campagnes initiées par Attac national.

Dans la Pas de Calais, il y a 3 comités : Arras, Béthune et Boulogne.

ATTAC Artois Ternois La Gohelle est un des comités locaux. Il a été créé en 1999.

D’abord animé par un bureau traditionnel (avec président, trésorier et secrétaire), elle est depuis quelques années animée par un collège solidaire au sein duquel les principaux rôles sont partagés.

Il compte bon an mal an une quarantaine d’adhérents essentiellement dans la région d’Arras.

Ses principales activités sont :

  • un travail en assemblée générale mensuelle, au cours desquelles nous discutons de l’actualité en essayant d’aller plus loin dans la compréhension des problèmes (ex comprendre ce que sont les accords de libre échange dans le détail, étude assez précise du scénario négaWat pour la transition énergétique …)
  • Élaboration de fiches explicatives pour une information grand public (Europe, évasion fiscale, réchauffement climatique etc…)
  • Distribution de tracts.
  • Participation au mouvement social.
  • Organisation de conférences, de ciné-débat.
  • Participation active au salon du 1er mai
  • Participation ou initiation de certains collectifs qui se mettent en place sur un problème particulier.
  • Alimentation de notre site internet.

Nous nous réunissons chaque second mardi du mois à la Maison des sociétés d’Arras 16 rue Aristide Briand de 19 H à 21 H 30.